Ludovic Namin - Bruxelles, Belgique - 17/18

#1

belg

Je m’appelle Ludovic Namin, je suis en mobilité à l’école de La Cambre (à Bruxelles (en Belgique)) et c’est plutôt génial.
Je suis en master cinéma d’animation mais je peux piocher un peu dans toutes les années les cours qui m’intéressent, ce qui va me permettre de progresser pas mal en animation (enfin normalement) et c’est plutôt cool. J’ai pas grand chose de super intéressant à raconter pour le moment, les cours viennent à peine de commencer, mais en tout cas ça promet d’être une chouette expérience.

Oh, et Pop Hip va bien. Je précise pour les personnes qui le connaissent. Il va super bien même.
ô joie.

Un dernier truc après je vais au bar (oui les clichés sur la belgique sont fondés), on m’a posé la question avant que je parte “est ce que tu vas arriver à continuer ton travail alimentaire + le travail de l’EESI + le travail de La Cambre”, et maintenant que les cours ont commencés et que mon emploi du temps est plus ou moins établi je peux répondre à ça : oui. je peux.

5 Likes
#2

Ludo cette anim’ est tellement parfaite.

1 Like
#3

Ca y est, j’ai VRAIMENT commencé à bosser et mon emploi du temps est définitivement établi :

Lundi - Atelier.
Mardi - Histoire de l’animation puis techniques de l’animation (je suis les cours de deux années différentes commme ils ne se superposent pas).
Mercredi - Atelier.
Jeudi - Arts et Société, puis Droits d’auteur, puis Performance.
Vendredi - Performance.

Et tous les matin en me levant je dessine pour moi (d’ailleurs ce matin j’ai commencé un dessin que je trouve plutôt cool), et tous les soirs je bosse pour remplir mon ventre. De pâtes essentiellement. Et de café.

Pour parler un peu plus précisément de ce sur quoi je travail, j’entame un projet de court métrage basé sur la performativité du genre (de Judith Butler). C’est un projet assez ambitieux compte tenu de mes capacités à animer mais ça peut l’faire. Sinon en techniques de l’animation on a des exercices de pratique à faire. Je me suis fait un twitter et je met les trucs que je fais dessus, je vous invite donc à aller voir là.

Bisous
IMG-20171008-WA0000

3 Likes
#4

Que se passe t il à Bruxelles depuis un mois ?

Et bien j’ai eu 25 ans, j’avance sur mes projets d’anim et répond aux exercices, j’ai aidé à organiser et gérer les 25h de la BD, j’ai eu une semaine de vacances (qui en fait était une semaine de travail comme d’hab), la routine quoi. Une routine cool.

MAIS cette semaine est un peu spéciale par essence. En effet parfois à La Cambre ils ont ce qu’ils appellent les semaines “atypiques” qui sont en fait des semaines durant lesquelles les étudiants sont amenés à aller découvrir d’autres matières. Dans cette école il y a beaucoup d’options différentes, de l’animation à la céramique. Du coup c’est une bonne occasion pour se sortir un peu la tête de sa routine justement. Or moi cette semaine je la passe à faire de la performance dans le cadre de mon cours de performance, mais aussi dans le cadre du festival Actus, avec plein d’artistes différents. On est un petit groupe de 12 étudiants venant de toutes les options, suivis par un autre petit groupe d’étudiants photographes.

Hier après le réglementaire petit temps de mise en place, on a bossé avec Martine Viale, une artiste Canadienne vraiment chouette. On a fait pas mal de mouvements pour prendre conscience de notre corps dans le temps et l’espace. On devait également apporter un objet de notre choix, j’ai pris une petite cafetière à l’italienne. Et le but était d’abord d’agir sur l’objet, puis de faire en sorte que l’objet agisse sur nous, puis de faire corps avec l’objet. Chaque fois par tranches de 5 minutes. Ensuite on a eu 5 minutes pour élaborer une performance de 30 minutes, toujours avec l’objet. Pour ça je me suis inspiré d’un truc que j’avais testé pendant la tranche “faire corps avec l’objet” qu’elle avait trouvé cool, j’ai posé la cafetière au pied d’un mur et me suis allongé comme debout sur le mur, puis j’ai démonté la cafetière, faite passer par l’intérieur de mes vêtement (pantalons et pull/manches) pour la réassemebler le plus loin possible “au dessus” de moi sans me lever. Ceci fait je me déplaçais pour que mes pieds soient au niveau de la cafetière et recommençait jusqu’à arriver au bout de la pièce. La pièce mesurait 5 cafetières et 4 moi de long, et 4 cafetières et 3 moi de large, sans compter la petite scénette. J’me suis dit que ça faisait assez bien écho à la manière de faire du café à l’italienne. Genre un processus compliqué qui pourrait être fait autrement mais qu’on fait quand même parce que c’est plus proche de ce que l’on désire. Après ça on a eu 30 minutes pour préparer une action de 5 minutes. Bon là j’ai un peu foiré niveau temps j’ai essayé de mesurer de nouveau la pièce en décomposant et recomposant la cafetière pour la déplacer mais je suis arrivé qu’à la moitié. Du coup selon mes estimations la pièce fait à peu près 30 à 40 cafetières décomposées de long.

Ce matin on va de nouveau bosser avec elle et cette aprem on ira avec un-e autre artiste.
Sinon on est allés manger des rouleaux de printemps pas chers et grave bons à midi. C’était cool. Vraiment cool. Par contre j’ai l’habitude de bosser sur mes commandes le soir mais là je suis juste rentré, j’me suis envoyé un kebab, j’ai juste pris le temps de dire genre “I’m so tireeeed” à mes clients et plop. Au lit.

Sinon mes colocs sont de plus en plus crados. Leur nouveau truc c’est de garder les fourchettes et de boucher l’évier de la cuisine.
Et Pop Hip va toujours bien sinon.
IMG_20171107_083010

4 Likes
#5

Je vais faire un compte rendu jour par jour sinon je le ferai pas du tout. Donc hier :

Le matin on a commencé par des exercices pour devenir les nouveaux Avatars avec des mouvements du bois, du feu, de la terre, du métal puis de l’eau.

C’était pour se réchauffer en fait. Parce qu’après on est partis performer dans l’espace urbain (et ça caille un peu). Martine nous a guidé vers une zone dans la ville puis nous a demandé de trouver un endroit qui nous intrigue, un endroit qui nous semble confortable, et un endroit qui nous laisse indifférent. Je pourrais vous montrer les croquis des lieux que j’ai fait mais ça serait beaucoup d’investissement technique pour deux trois traits de stylo baveux et tremblottants. Ensuite on a travaillé à partir de ce dernier lieu qui nous laisse indifférent. Moi j’ai choisi une façade sur laquelle se trouvait trois fenêtres aux volets fermés. La consigne était de produire une action à distance de ce lieu pendant 10 minutes, puis une action le pus proche possible. Dans un premier temps j’ai marché le plus loin que je pouvais autour de cette façade sans la perdre de vue. Le temps de faire ça les 10 minutes étaient écoulées. Après je suis allé devant le volet central de cette façade, presque collé au mur, et je suis resté fixe là pendant 10 minutes. Ouais j’étais pas super inspiré mais ça m’a fait penser qu’aucun lieu n’est inintéressant pour peu qu’on s’y attarde.

Ensuite on a mangé. C’était cool.

L’après midi on a commencé à travailler avec un autre artiste, Antoni Karwowski, qui a un rapport beaucoup plus personel avec la performance. Quand il performe, il s’inspire de son enfance et d’événements qui se sont produits durant cette dernière. On a donc un peu travaillé sur le souvenir et aussi sur le ressenti du lieu. Quand je touche un mur, je ressens la matière, la température, le son éventuellement, et le mur me touche aussi. Il laisse son emprunte sur moi. Enfin le mur ou quoi que ce soit qu’on touche d’ailleurs. Même sans toucher, ça marche avec un lieu aussi.
Le soir on était plus que trois et on est allés visiter l’atelier d’une artiste en résidence dans le bâtiment où nous travaillons (la MAAC) avec qui, si j’ai bien compris, une des personnes qui fait le workshop avec moi est amie. Ensuite on est allés tous les quatres à un vernissage d’expo photo de An Debie.

Ensuite je suis rentré, j’ai mangé des frites en regardant Orange is the new black et j’me suis couché. Ah non j’ai explosé un verre par terre aussi mais c’est pas super intéressant.

Oh, aussi, tout au long du workshop des photographes capturent la substentifique moelle de ce qui se produit. Alors peut être que j’aurai des photos à montrer bientôt.

1 Like
#6

Eeeeeet salut ! C’est l’heure du performance-daily-news ! hm…

Bon hier c’était vraiment incroyablement génial. Le matin on était de nouveau avec Antoni. On a commencé par une espèce de composition musicale de groupe à base d’actions diverses avec des objets tout aussi divers (mais pas seulement), c’était pas mal et y avait quelques moments vraiment forts. Ensuite on a fait une… photo de classe. Puis on a réfléchi à un truc à faire tous ensemble, sans objet cette fois. On a testé un truc, qui était paaas trop mal mais un peu bordélique, puis on l’a retravaillé avec les conseils de l’artiste pour finalement donner quelque chose comme ça :

On commençait chacun immobile à un endroit de la salle, puis petit à petit on se rejoignait tous quand on le sentait en faisait une action, peu importe la quelle. tous réunis cela formait une sorte de masse organique frémissante qui s’est transformée en cercle de marche. Peu à peu ce cercle s’est déstructuré et là on est tous partis dans notre “coin” pour performer seuls. Et ce qui est beau, c’est que malgré le fait qu’on était tous en train de faire une action propre à nous même, plongés dans notre esprit et notre passé, quelque chose de très personnel, on a tous opérés un premier rapprochement en s’allignant tous en contact avec un des murs et malgré le fait que chacun opérait une action qui lui était propre, le groupe suivait une même force. Après comme j’étais dans mon truc j’ai pas vu ce que tout le monde faisait mais je me suis assis, puis allongé, la personne a ma droite m’a immité, puis la personne à ma gauche, puis celle de droite s’est mise à glisser vers le “bas” (en admettant que le bas se trouve là où on a nos pieds), je l’ai imité très lentement, puis le mec à ma gauche a fait pareil. Je sais pas ce qu’elle a fait après mais toujours est il qu’on s’est retrouvés à un moment à se raprocher lentement de deux ou trois personnes qui s’était collées au centre de la pièce (le mec à gauche a fini par se lever si je me souviens bien). Je sais pas comment elle se déplaçait mais moi je me déplaçait uniquement avec le bout de mes piedsen m’aidant de mon menton. Et là, autre moment ouf. La personne vers qui j’avançait s’est mis accroupi, j’ai tendu le bras vers lui, et visiblement ma collègue de déplacement au sol avait fait de même parce qu’il nous a aidé tous les deux à avancer. Une fois au niveau du petit groupe il nous a intégré à la composition en nous poussant contre lui. Il n’a pas fallu longtemps pour que presque tous les performers se retrouvent aglomérés. Ceux debout aidaient ceux qui étaient assis ou couchés à se relever pour faire partie de cette grosse masse de corps. Puis la masse a commencé à bouger, de plus en plus intensément, puis s’est écroulé sur le sol. Après je me rappelle plus je crois qu’on a eu un autre passage de marche en cercle. Mais quoi qu’il en soit c’était une expérience incroyable de cohésion de groupe. Et même une expérience incroyable tout court. Et ça fait que 3 jour qu’on se connait pour la plupart.

Ensuite on a fait un genre de dialogue chanté entre deux groupes. Enfin c’était du son quoi. Mais c’était cool aussi.

A la fin du workshop, on s’est tous remerciés, Antoni était vraiment heureux de cette expérience avec nous, il avait même l’air un peu ému. Il a tenu à nous faire à tous un câlin à la fin. C’était vraiment cool.

Après on a mangé. Des sandwichs. Dans les couloirs d’une école des beaux arts. J’aime manger. Et le bâtiment était vraiment beau (et chauffé).

L’après midi nous avons assisté à une conférence très touchante et vraiment intéressante de Kris Canavan, qui nous a parlé de son travail. Quand on voit son travail, très dur, sanglant parfois, on ne se doute pas un seul instant de l’incroyable douceur de l’artiste. Et aussi de la maîtrise incroyable qu’il a sur lui, sur son corps et les désagréments qu’il fait vivre à celui-ci. Une personne vraiment sympatique, qui est passé par de nombreuses expériences traumatisantes et qui était très ému de les partager avec nous. Il était cependant très accessible, et son travail soulève des problématiques très actuelles notament sur la … ouais non je vais rien dire parce que si je donne un seul exemple ça va catégoriser l’artiste qui touche pourtant à des thèmes et des questionnements très variés. En tout cas allez voir ce qu’il fait c’est cool (enfin… je sais pas si “cool” c’est le mot. “fort” c’est peut être mieux).

Ensuite, on est allés à une conférence de tous les artistes d’Actus, le festival qu’on intègre cette semaine. Ils se sont questoinnés sur la performance et sa trace. On a du coup eu un petit apperçu de certaines oeuvres de chacuns des artistes du festival, et ils ont tous des démarches très intéressantes. J’avais mis le lien vers le site d’Actus hier, n’hésitez pas à fouiller un peu il y a vraiment de très bonnes choses.

Voilà. Et comme tous les soirs depuis lundi, j’me suis fait un kebab (à 4 euros avec les frites, et ils sont vachement bons. Le rêve).

Ce matin on va travailler avec l’artiste Aye Ko. Et cete fois c’est à La Cambre, pas au MAAC. Bon ça vous vous en foutez mais la différence entre les les deux c’est que l’un est à 45 minutes de marche (le MAAC), et l’autre à 20 minutes (LaCambre). J’ai donc le temps de boire traaaanquillement mon café ce matin.

Oh, je viens de trouver des photos sur facebook où on voit mon dos. Alors voilà. C’était pendant la conférence de Kris.
23405819_1719363164763568_6910563627210457744_o

Et si vous cliquez là vous avez la liste de tous les artistes d’Actus

… OK en fait, y a beaucoup plus de photos que ça haha. Je garde ces perles pour plus tard.

3 Likes
#7

Hier on a travaillé toute la journée avec Aye Ko, qui avait une approche beaucoup plus cadrée de la performance que les précédents artistes qu’on a rencontré. Il nous a indiqué que pour faire une performance, il fallait d’abord trouver une idée (en s’inspirant de son vécu), puis un concept, puis la matière dont on aurait besoin pour la performance, et enfin le mode de présentation. Cette fois ci on a performé individuellement.

Le soir, on a d’abord assisté à une conférence animée par certains artistes d’Actus sur le lien entre performance et politique. Puis s’en est suivi une série de performances dans le parc de l’école et aussi à l’intérieur.

Je commence à avoir un peu mal partout (en fait non ça fait 3 jours que je commence à avoir mal partout) mais ça reste vraiment intéressant.

Voilà. Il pleut.

1 Like
#8

Hier, on a bossé toute la journée avec Ilka Theurich. Une artiste allemande super sympa (le fait qu’elle soit super sympa n’a pas grand chose à voir avec son travail mais il n’empêche qu’elle l’est).

Elle nous a d’abord demandé comment on se sentait après 4 jours de performances et pou la plus part on a répondu qu’on se sentait très fatigués mais tout aussi merveilleusement bien. Ensuite on a fait quelques exercices de voix, de respiration et de “réencrage dans la réalité” genre des petits exercices physiques simples quand on est un peu perdu dans l’espace pour avoir bien conscience de la matérialité de son corps et du fait qu’on a bien les deux pieds sur terre.

Ensuite, on a chacun performés de manière sonore. Moi j’ai pas fait une performance dignue parce que parler c’est pas trop mon truc, mais certaines d’entre nous ont fait des actions incroyablement fortes et touchantes. Ensuite, on a changé de bâtiment pour aller dans une partie de l’école non seulement plus vaste mais aussi plus publique, Là, on s’est déchaînés pendant 40 minutes à faire une performance sonore tous ensemble. Comme à chaque fois qu’on travaille tous ensemble, c’était génial. On est un groupe vraiment soudés et c’est très agréable de bosser comme ça.

Le soir, on est retournés à la MAAC, le centre d’art dans lequel on a travaillé de lundi à mercredi, pour assister à diverses performances d’artistes du festival :

Benoît Félix
01

Monica Klingler
02

Clément Losson et Mélanie Peduzzi
03

Antoni Karwowski
04

Aye Ko
05

Aujourd’hui à midi et pendant l’aprem il y a une “open session” om les artistes offrent de performer avec le public, mais j’ai pas la force d’y aller alors je vais rester ici pour bosser un peu. Ce soir il y aura de nouveau des performances donc j’y retourne ce soir.

Ce workshop est vraiment génial.

2 Likes
#9

Okkaaaaay hier était donc le dernier jour d’Actus. Rien le matin, mais les artistes ont performés dans l’espace public et avec les passants à partir de midi. J’y étais pas, en revanche je suis allé à 19h aux dernières performances prévues par le festival. D’abord une performance très touchante de Ilka Theurich dont j’ai gardé un petit souvenir, puis une performance tout aussi touchante de Kris Canavan. Ensuite une autre performance qui s’est étendue sur la durée de vendredi à samedi a pris fin par la dégustation d’un … j’ai oublié le nom. C’était un genre de potage avec du poulet dedans. C’était une performance de Mélanie Peduzzi (dont le travail solo est vraiment très intéressant) et Clément Losson.
Ah oui non j’ai oublié un truc important. La performance de Kris s’est finie par une déambulation dans la rue jusqu’à un autre lieu d’expo en lien avec Actus. Une fois la performance terminée, on a attendu un peu et on s’est fait invités à boire une bière par des mecs qui squattaient un local associatif juste à côté. Ce fut le fruit de grandes discussions de bourrés sur la société capitaliste, le fait de vivre sans argent, tout ça tout ça. Mais n’empêche que ces types étaient vraiment sympas. Ensuite on est effectivement retournés à la MAAC, le lieu principal d’Actus où je me suis cramé la langue avec cet espèce de potage.

Une fois les performances terminées, on (on était plus que trois étudiants) a été invités à monter dans le bureau d’organisation où tous les artistes et les organisateurs mangeaient et discutaient. On s’est donc intégrés aux festivités et en avons profité pour se gaver de bonne nourriture qui profusait là. Ensuite on a longuement discuté avec Kris, Martine et Ilka. Ce sont trois personnes exceptionnelles et de très bons artistes. C’était vraiment un pur bonheur de travailler avec chacun de ces artistes (avec Antoni et Aye Ko aussi bien sûr). Ils ont tous une grande sensibilité et le fait de les avoir rencontré avant d’assister à leurs performances donnait une toute autre dimension à ces dernières.
Bilan rapport tactile affectueux : J’ai eu un câlin de Kris, un gros câlin d’Ilka accompagné de mots gentils, et une caresse sur le dos d’Aye Ko.
Alors après on est parti picoler, hein, parce que quand même. En fait à la base on était sensés y aller tous ensemble (tous les participants au workshop) mais tout le monde avait disparu quand on est descendu du bureau (et même avant en fait) alors on y est finalement allés à deux. On a rejoint un autre membre du groupe dans un bar avec des collocs à elle et s’en est suivi une soirée fort sympathique. J’ai la gueule de bois maintenant mais tant pis.

Cette semaine, c’était vraiment incroyable.

IMG

3 Likes
#10

Quelques petites photos des performances de samedi soir.

Mélanie et Clément :

Ilka :

Kris :

2 Likes
#11

Ok alors c’était vraiment pas facile de se remettre à bosser l’animation toute la journée après une semaine de performances. D’une part parce que je suis très fatigué et d’autre part parce que revenir sur écran après une semaine de sevrage c’est un peu agressif pour les yeux.

Mais bon. C’est pas comme si j’avais plus jamais cours de performance. La semaine dernière on a passé un jour et demi à travailler avec Monica Kingler, très portée sur les sens et l’écoute de l’autre. On a fait des performances en duo et tout seuls. Ma performance solo a complètement foiré mais c’est pas si mal parce que ça a beaucoup touché certaines personnes semble t il et ça m’a donné des idées si jamais je la refais. Je me dis que la performance va sans doute prendre un peu plus d’importance dans mon travail quand je rentrerai à l’EESI.

Cette semaine on va bosser de jeudi aprem jusqu’à samedi midi avec le collectif X/tnt. Affaire à suivre.

Pourquoi j’ai l’air de parler plus de la performance que de l’animation qui reste pourtant mon activité principale ? Ben parce que je fais des frames toutes la journée et puis voilà. Ce qui sera cool c’est quand j’achèverai des trucs que je pourrai vous montrer, là je pourrai en parler.

Par exemple, (oui en fait j’ai un truc à montrer) cet exercice d’animation de drapeau et de fumée : il faut cliquer là
Ces jours ci je suis en train de travailler sur une transformation corporelle. J’espère le terminer aujourd’hui. Contrairement à l’exercice ci-dessus, ça fera partie (enfin ça sera un peu modifié mais la plupart de la séquence restera inchangée) de mon court métrage final que je terminerai sans doute à l’EESI.

Ici il neige pas mais il fait quand même -15 000 degrés dans l’atelier. Ca joue aussi sur le fait que j’ai un peu de mal à me remettre à bosser. Cet atelier est vraiment pas top. Mais bon. Je suis pas en animation pour voir le soleil n’est ce pas ?

Oh et je sais que ça vous manquait :
IMG_20171121_073126
Pop Hip va toujours bien. Faut que je lui rachète du foin mais à part ça, ça va.

3 Likes
#12

Ilka vient de balancer ça sur twitter (enfin plus tôt dans la nuit), c’est des photos d’Actus V, autant des performances des artistes que des notres : http://paersche.org/portfolio/actus-v-brussels-06-11-11-2017-2/#lightbox[group-82991]/80/

Enjoy :heart:

2 Likes
#13

Bon bon bon j’ai quelques petites choses à raconter.

Le workshop avec l’artiste Monica Klingler :
Elle a une approche très sororielle de l’art de la performance. On a beaucoup travaillé en binômes à base de déambulations. Le but était te ressentir l’esapace et nos corps dans cet espace, ainsi que de faire découvrir notre ressenti à l’autre. Dans un second temps, on est partis en ville. J’étais dans un groupe de quatres et on a cherché mille façons d’exploiter la rue. Moment fort quand on s’est allignés devant une rôtisserie et qu’on a tourné sur nous même en imitant les poulets à la broche. Enfin nous sommes tous rentrés au studio et on a réalisé une petite performance individuelle. La mienne était un peu ratée mais je pense la retravailler pour en faire quelque chose de vraiment bien à propos de l’exploration et de la découverte de son corps (maybe at EESI in february).

Le workshop avec X/tnt :
X/tnt est un collectif d’artistes performeurs qui travaillent sur la base d’un “code de la déconduite”. Alors là pour le coup, c’était super différent de ce qu’on a fait jusqu’ici workshop de performance. Le but était ici d’élaboder une performance dans/avec l’espace public en flirtant avec les limites de la loi. Leur démarche étant de démontrer que notre propre autocensure est bien plus contraignante que la loi. Ils travaillent beaucoup avec des juristes pour savoir jusqu’où ils peuvent aller. En groupe de 3, nous avons décidé de travailler sur cette affiche de la sncb (société des chemins de fer belge) :

On a appelé ce numéro pour demander “c’est quoi quelque chose de suspect ?” et donc ce qui est suspect c’est, attention les yeux : “ben quelqu’chose de suspect quoi”. Oui mais encore ? “Ben quelqu’un qui aurait un comportement suspect”. Ah ben oui. Oui c’est clair.
Donc, devant cette invitation à la délation, cette affiche ambiguë au possible visant à instaurer/perpétuer un climat de méfiance et de tension dans la population, nous avons décidé d’agir. Plusieurs pistes s’offrent à nous pour le moment, tantôt performatives, tantôt plus “matérielles”, affaire à suivre.

For Sh*t and Giggles :
Merci à nos chers Erasmus chinois pour cette belle initiative. Je sais pas trop comment j’ai survécu aux 3 ou 4 derniers jours qui n’en étaient fondamentalement que un ou deux très longs, mais c’était fun.
Le lien de la gamejam
Le lien de mon jeu

Et pour finir, j’avais un truc en animation à montrer mais j’peux pas le mettre en ligne là tout de suite alors ça attendra la prochaine news.

En fin de semaine, on va travailler avec l’artiste Lucille Calmel et aussi Pop Hip à priori. Pas le… pas le membre de Stupeflip hein, lui : IMG-20171126-WA0007.

1 Like
#14

Ok donc la semaine dernière on a travaillé avec Lucille Calmel en performance sur les relations entre humain, machine et/ou animal. Comme prévu, j’ai donc travaillé avec Pop Hip. Jeudi soir, ma performance était au point, du moins en terme de protocole, je l’ai donc expérimenté alors qu’il était 18h30 et que presque tout le monde était parti. Ca s’est incroyablement bien passé, apparemment vu de l’extérieur on ressentait un lien, une relation très forte entre moi et ce petit lapin. C’était apparemment très poétique.

Le lendemain, présentation publique des performances, Pop Hip a décidé que ça ne se passerait pas comme ça. Ca s’est pas mal passé mais c’était pas aussi fort que la veille. Dommage, tant pis, c’est les aléas du spectacle.
Quoi qu’il en soit je reperformerai certainement ça à l’EESI donc je vais pas trop vous raconter ce qui s’y passe mais je peux toujours vous montrer quelques photos :
IMG_20171130_171425IMG_20171201_133315DSCN4309DSCN4320


Sinon pour parler de l’animation un peu, mon projet de mobilité évolue, cette semaine je vais devoir faire un planning de production approximatif. Quoi qu’il en soit mon animatic est quasi bouclé, bien qu’il reste à faire le son encore.
Voilà quelques recherches que j’aurai pu vous montrer bien plus tôt :
recherches 01recherches 02

Je comptais mettre des vidéos en ligne aujourd’hui pour montrer un peu des trucs qui bougent mais je dois rester à la maison parce qu’un de mes colocs a un problème de toilettes et les plombiers doivent passer par ma chambre et comme je peux pas laisser ma chambre ouverte toute la journée pour plein de raisons, je reste là. :+1: les joies de la colocation.

3 Likes
#15

Photo bonus :
IMG_2803

3 Likes
#16

Cette semaine en performance on travaille avec Antoine Pickels sur la base du genre et de la performativité du genre. C’est beau hein ? C’est EXACTEMENT ce sur quoi porte mon travail en général.
Normalement j’attend le vendredi ou plus tard pour vous faire un compte rendu mais je viens de me réveiller d’une sieste non préméditée sur mon tapis (il est confortable, c’est pas ma faute) du coup je pense que je vais pas travailler ce soir et juste dormir un peu beaucoup (passionnément ?). Alors voilà je prend juste le temps de raconter ma vie parce que ça demande pas beaucoup d’effort.
On travaille à La Raffinerie, un centre de… danse, vraisemblablement, assez important et chargé d’histoire (avec un grand H et aussi avec un petit h et un s à la fin). Il se trouve dans le quartier maudit de Bruxelles : Molenbeek. Depuis que je suis arrivé j’ai beaucoup entendu parlé de ce quartiers par des personnes très différentes, tantôt dépeint comme une zone de guerre où les terroristes disrtibuent des flyers dans le tram, tantôt comme simplement le quartier le plus pauvre de Belgique. En fait c’est vrai que c’est un quartier très pauvre, qui a été abandonné par la ville et par la population extérieure, et que les jeunes sont désespérés parfois assez pour se tourner vers une vision fausse de l’Islam, mais du coup c’est aussi un quartier dans lequel le milieu associatif est richissime (en terme de contenu et de diversité), et beaucoup de manifestations artistiques s’y produisent pour que les gens qui habitent là se rendent compte que “eh, vous êtes des gens vous aussi, vous avez le droit de vivre autant que les autres”.
Enfin voilà. Désolé pour le pavé, mais Antoine nous a bien signifié que le contexte était important. Alors voilà le contexte.

Pour parler de la performance en elle même, aujourd’hui on a expérimenté pour la première fois quelque chose sur la durée. Très peu de temps de présentation, et 1h de performance. La mienne s’est très bien passé en fait, avant ça on s’était amusé à me maquiller et à me mettre une perruque (désolé j’ai pas de photo de ça) donc au début de ma perf j’avais les yeux maquillés (mais plus la perruque). J’ai pris un rouleau de gros scotch gris, un crayon pour es yeux, du démaquillant, une pelote de laine blanche, un keffieh blanc, un marqueur, une chaise, mon téléphone et un grand miroir. J’ai posé le miroir juste à côté du pleateau de danse, puis la chaise en face, puis tout mon petit matériel à côté de la chaise. J’ai enlevé ma polaire, et je me suis scotché le keffieh sur les épaules plus au moins, puis sur les joues, pour me faire un genre de voile cache-torse. Ensuite j’ai enroulé la laine autour de mon visage, pour masquer tout élément masculin. Il ne restait que mes yeux et un peu de mes cheveux de visibles. J’ai comblé les trous avec du scotch, cacher les petits poils de barbes aventureux, mes sourcils épais, etc. Je me suis regardé dans le miroir sous plusieurs angles, très fier de mes jolis yeux. Je me suis démaquillé, puis remaquillé, puis de nouveau observé et photographié avec mon téléphone.

Voilà à quoi je ressemblait globalement :
IMG_20171207_163504

Par cet acte je voulais arriver d’une part à me travestir en femme mais de manière très subtile, je voulais vraiment me trouver à la frontière entre “femme” et “tout est possible”. Je voulais également bien entendu faire écho au voile et ses décliaisons, pour lequel on place les femmes dans une case de victimes laides et sans personnalité, alors que tellement de choses se passent dans les yeux. Pour moi que nos yeux fonctionnent bien ou pas, ce qui fait notre humanité se trouve là. Et comme des yeux ça peut être relativement mixte, c’est plutôt pratique.

PS : En fait j’ai fait d’autre trucs aussi pendant cette performance mais j’ai oublié de le raconter. Avant de me bander le visage j’avais collé un scotch sur lequel j’avais marqué “homme” sur mon front. Il disparaissait ensuite sous le fil. Et à un moment je me suis redessiné un visage par dessus les scotchs. Voilà. Là c’est tout. J’pense.

Sinon j’ai animé un robot qui danse en début de semaine : robot qui danse. Je suis en train de cleaner l’animation, je l’aurai fini la semaine prochaine.
.
Ludo from Belgium, transmission terminée.

4 Likes
#17

Bon, problème technique aidant, il n’y a pas de trace de ma seconde performance. Durant cette dernière, je me scotchais un petit morceau de tissus cotonneux très très doux sur le torse, et je venais demander au public de le toucher puis je leur demandais ce qu’ils ressentaient. Dès que quelqu’un a prononcé de mot “doux”, je me suis mis à courir partout en clamant que j’étais doux, que j’étais très doux, que la douceur c’était un truc de vrai mec, j’ai fait des tractions sur une poutre en métal en disant “oh ouais je suis douuuux” et je l’ai crié dans un micro. La performance s’est terminée par moi quittant la pièce en continuant à clamer haut et fort ma douceur.

Sinon j’ai d’autres photos de ma précédente performance.

IMG_5004

IMG_4925

IMG_5016

IMG_4980

IMG_20171207_165814

2 Likes
#18

Cette semain, en performance (encore), on a travaillé avec l’artiste Patricia Martin, une artiste très attachée aux mots, à la prise de parole, et à notre ami et sauveur Michel Houellebecq.
michel

Alors c’était un peu particulier parce qu’elle performait avec nous, tout le temps, et comme la parole naturelle était le mot d’ordre de nos expérimentations preformées, et ben clairement on savait jamais quand on était dedans et quand on y était pas.

Donc on a beaucoup parlé, on a testé des trucs, on a chanté du céline dion (enfin je dis “on” mais moi j’ai pas chanté), on a beaucoup réfléchi, on a beaucoup parlé de nouveau, et j’ai fait une action en me basant sur mon incapacité à parler en public. La mise en place était assez lente, j’allais échanger une chaise contre ma veste, quelque part dans la salle, j’allais échanger cette chaise contre une autre présente sur la “scène” (qui n’en est pas vraiment une mais bon c’est un carré de tapis de danse au milieu d’une salle carrelée alors on peut appeler ça un genre de scène), que j’allais ensuite placer sous une poutre, tout ça très calemement. A l’aide de cette chaise, je me suis hissé sur la poutre comme vous pouvez le voir ci-dessous, et je disais que je pouvais parler. Que je pouvais le faire mais que ça m’était inconfortable, que je n’aimais pas ça et que ça me donnait envie de vomir (ce qui était en fait vrai parce que la poutre non seulement me bloquait la respiration mais aussi appuyait quelque part qui faisait que les sandwichs que j’vais ingurgité le midi se sont mis à vouloir voir du pays). Je disais ensuite que moi je préférais largement écouter, et que d’ailleurs c’est ce que j’allais faire. Je me laisais donc glisser puis tomber au sol (pendant ce temps Luciano, un autre étudiant performeur, avait enlevé la chaise, je sais pas pourquoi mais soit), puis me suis assis et ai fermé les yeux et écouté tout le reste du temps de l’action.
IMG_5174

Bon désolé j’ai de nouveau pas des masses de traces, j’ai fait cette action deux fois un peu différemment, la deuxième fois il y a eu un moment où j’ai fait “blop blop” dans le micro en étant allongé droit sur la poutre :
IMG_5205

Et je crois que c’était à la fin de la première fois mais il y a eu un moment où j’étais allongé et Mégane a posé ses mains sur moi en attendant d’avoir de la place dans l’espace sonor pour chanter une berceuse à Margotte et moi qui étions allongés côte à côte. Ce qui est bien dans les expérimentations performatives en groupe comme ça c’est que des fois il se passe des trucs, on sait pas trop comment ni pourquoi, mais des choses se passes et des liens se créent. Et c’est cool.
IMG_5192

J’ai déjà dit que ce cours de performance avait “sauvé” ma mobilité ? Non ? Bah je le dis.

Cette semaine, représentation finale, dernier cours de performance, dernière rencontre avec ce groupe génial. Ca va être cool, ça va être triste, ça va être puissant. Inchallah j’aurai des photos (voir même des vidéos !!!) à vous montrer cette fois. Je suis pas encore sûr de ce que je vais présenter donc je peux pas en dire vraiment plus.

Sinon, dans un autre monde bien loin de là, j’ai fini mon anim de robot :


Désolé pour la vitesse, je suis pas encore tout à fait au point sur l’export avec TVpaint. Du coup si on le regarde plus de 3 secondes on a les yeux qui fondent. Mais la vidéo originale est rythmée parfaitement :heart:
Le but était ici d’animer un élément qui bouge en fonction d’un autre. Donc les petites prises.
(funfact : à la base ça devait être un inuit avec des pompons aux mouffles, et je sais plus pourquoi il s’est visiblement fait enlever par les extraterrestres et maintenant c’est un robot. Mais que fait Xcom ?)

3 Likes
#19

Bon ben voilà. Je quitte la Belgique en fin de semaine (peut être). Depuis la dernière news, il s’en est passé des choses !

Permièrement, j’ai participé à une soirée de performances, ouverte au public. En fait c’était genre la représentation finale du cours de performance, avec du public. J’étais parti, à la base, pour travailler de nouveau avec notre cher Pop Hip, mais comme durant les répétitions il n’était pas très jouasse et que le lendemain il allait se manger 12h de voiture, je me suis dit qu’il était préférable de le laisser à la maison. C’est pourquoi j’ai réactivé la performance que j’avais fait deux semaines plus tôt. Celle qui vise à questionner à la fois le genre ainsi que le regard qu’on porte sur les femmes voilées en tant qu’occidentaux.
IMG_3474
Ca s’est suuuuuper bien passé et même si j’avais déjà fait cette performance, le contexte tout à fait différent me l’a fait ressentir tout à fait différemment. Et puis le public était vraiment cool.

Bon après il s’est passé plein de trucs mais ça n’a pas des masses de rapports avec mes études alors je garde ça pour alimenter nos discussions futures à la machine à café. (elle est toujours là, hein, la machine à café ?)

Mercredi j’ai un genre de jury/bilan/rendez-vous/projection de mon film. Et après ça dès que je peux je me BARRE. Et je reviens à Poitiers parce que vous me manquez beaucoup. Aussi, l’école me manque beaucoup, le chauffage me manque beaucoup, les fenêtres et le SOLEIL me manquent beaucoup.
Et puis je pense que si je reste une semaine de plus dans ma colocation je vais tuer quelqu’un.

Enfin bref pour reparler du film, je vais essayer de le finir avant la fin de l’année donc en théorie vous pourrez le voir à mon bilan. Je vous montrerais bien des petits bouts mais je sais pas trop comment m’y prendre et là tout de suite j’ai pas trop le temps de chercher. Mais quand je serai de retour vous pourrez voir à quoi il ressemble si vous me choppez dans un couloir.
Allez une petite capture d’écran quand même :
screen
C’est plus sexy en mouvement mais au moins ça vous donne une idée du style.

Est ce que je fais un bilan de ma mobilité maintenant ? naaaaaan. je garde un peu de surprise pour le séminaire de retour :heart:

PS : on a gouté les “meilleures frites de Bruxelles” et ouais, elles étaient bonnes.